ÉVOLUTIONS

Conserver en pré

L’objectif principal du PA est de préserver la majeure partie des terrains en nature de pré, soit près de 60% de la surface du site, de pérenniser les espaces de loisirs, de développer la mobilité douce et de délimiter certaines zones constructibles, en priorité d’utilité publique, prévues en périphérie du périmètre concerné.

 
 

CHÂTEAU ET SES ABORDS

Ici rien ne change.

Afin de préserver le château et ses environs, monument classé d’intérêt national, une zone de site construit protégé est définie. La réglementation du plan d’affectation renvoie au droit sur la préservation des monuments historiques.

PRAIRIES AUTOUR DU CHÂTEAU

Ici, afin de garantir la vue sur le château, une zone de verdure rend une grande partie de cet espace inconstructible. Une zone destinée à des besoins d’intérêt public (EMS et logements d'utilité publique) est prévue en périphérie.

FERME DU CHÂTEAU

Ici, on rénove entièrement ce monument historique et ses annexes.

Cet ensemble est homogène et de belle facture, imaginé dans l’esprit d’un petit hameau. Pour remplacer l’actuelle zone de villas, ce secteur passe en zone centrale (zone village). Concrètement, la ferme du château est entièrement rénovée et transformée en deux appartements. Dans un deuxième temps, les annexes agricoles laisseront place à deux constructions nouvelles, de dimension comparable, de façon à limiter l’impact sur le paysage. Ces constructions sont réservées à l’habitation, à des activités tertiaires et à des besoins publics ou collectifs. La rénovation de la ferme du château est traitée simultanément, mais dans une mise à l’enquête parallèle.

SPORTS ET LOISIRS

Ici, on légalise les infrastructures sportives et de loisirs existantes.

Les terrains de sports et espaces de jeux, situés au sud et au nord de la voie ferrée, sont tous concernés. La zone est affectée à des besoins publics et permet l’exploitation d’installations de sports et de loisirs à ciel ouvert. Sur l’ensemble de la zone, les installations provisoires comme tribunes, cantine, buvette et locaux de service sont admises.

ENTRÉE DU VILLAGE

Ici, on réhabilite et on redessine le noyau d’entrée du village.

L’objet est de valoriser l’entrée de village dans son ensemble. Les bâtiments villageois existants et le parking passent en zone centrale (zone village).  Une mesure améliorant la qualité spatiale du site, offrant l’opportunité de réaménager les espaces collectifs, au bénéfice des piétons.

 
 
 

ZOOM SUR L'ENTRÉE DU VILLAGE

 
 
 
 
IMG_5988_edited.jpg

PÉRIMÈTRE N°1

Ici, on permet l’extension du bâti existant.

Un secteur qui accueille un bâtiment scolaire et un autre mixte (logements et boulangerie). La reconstruction est également autorisée dans ce périmètre. La hauteur des constructions projetées sera limitée à celle des bâtiments existants.

PÉRIMÈTRE N°2

Ici, on autorise un parking souterrain, qui permet la construction d’une vingtaine de logements d’utilité publique en surface.

Une valeur ajoutée indéniable donnant corps à l’entrée du village. Pour assurer une bonne intégration du volume projeté, son gabarit est limité à la hauteur du bâtiment de la boulangerie. Les travaux permettront aussi la renaturation du ruisseau des Tollettes.

PÉRIMÈTRES N°3 ET N°4

Ici, l’extension est limitée au périmètre, la reconstruction est également possible.

Un secteur qui accueille deux bâtiments, la Paroisse réformée de Blonay - St-Légier et un second, communal. Les éventuelles évolutions devront s’intégrer aux constructions actuelles et former un ensemble harmonieux.

PÉRIMÈTRE N°5

Ici, on construit un EMS de 52 lits pour remplacer l'EMS "Les Rosiers" et garder un établissement sur sol blonaysan.

On dispose dans cette zone d’un périmètre libre de construction, à la limite du bourg. Le futur bâtiment devra être compact, cohérent et s’intégrer discrètement dans son environnement. L’espace construit sera confortable, mais réduit pour préserver la vue depuis la route de Châtel-St-Denis. Ce projet fera appel à un concours d’architectes et de paysagistes, dont l’objectif principal sera dicté par la nécessité de la bonne intégration de la nouvelle construction au site.

Le marquage du périmètre de l’EMS correspond à la totalité de la surface constructible autorisée, mais qui ne sera pas forcément utilisée.